!DOCTYPE html PUBLIC "-//W3C//DTD XHTML 1.0 Transitional//EN" "http://www.w3.org/TR/xhtml1/DTD/xhtml1-transitional.dtd"> Association des Concerts de Corpataux-Magnedens - Dimanche Musique - Organisation de concerts

Quatuor à cordes Galatea

Tango meets Haydn

"Le tango est l’expression directe de ce que les poètes ont souvent tenté de dire : la croyance que le combat peut être une fête." Jorge Luis Borges Depuis 2009, le tango fait partie du patrimoine immatériel de l’humanité de l’UNESCO. Ce terme recouvre à la fois la danse et le style musical qui se sont succédés depuis la fin du Xixe siècle. Le Tango Argentino s’est répandu dans le monde entier depuis Buenos Aires au début du XXe siècle, et a trouvé ses expressions très spécifiques dans la poésie et le chant. Dans le programme « TANGOSERENADE", on entend des tangos spécialement aménagés par des arrangeurs argentins pour le Galatea Quartet.
En plus du répertoire classique, le Galatea Quartet a toujours exploré un terrain inhabituel et conçu des concepts innovants et multigenres. La combinaison de tangos et de la musique de Haydn est l’expression de la joie d’expérimenter du Galatea Quartet. Tout comme Haydn a commencé à écrire l’histoire du quatuor à cordes, le tango lui-même a façonné un genre qui lui-même est aussi monumental dans l’histoire de la musique que l’énorme corps des 68 quatuors à cordes d’Haydn." Le tango, c’est l’air, la vie, l’amour ou le chagrin, le tango c’est tout » (Carlos Matheos)

Formé en 2005, le Galatea Quartet est composé des frères et sœurs Sarah et Julien Kilchenmann, Yuka Tsuboi et Hugo Bollschweiler. Les études du quatuor à Zurich avec Stephan Görner du Quatuor Carmina et à Berlin avec le Quatuor Artemis ont été à la base de ses premières années formatrices. Les membres du groupe sont rapidement devenus membres de l’Académie européenne de musique de chambre (ECMA) et entretiennent une relation fructueuse avec son fondateur, Hatto Beyerle Les récompenses lors de concours ont rapidement suivi: le Concours de Genève en 2006, le Migros Kammermusikwettbewerb Zurich en 2007, le Concours international de musique de chambre Osaka en 2008 et le Concours de quatuor à cordes Bordeaux en 2010. Le quatuor a entrepris des tournées de concerts en Europe (Wigmore Hall, Concertgebouw et Tonhalle Zurich), au Japon, en Argentine, au Canada, en Israël et en Inde et ont été invités à certains des festivals les plus importants, notamment la Società del Quartetto Milano, le Festival de Sion, le EuroArt Prague, le Festival Pablo Casals, le Festspiele et le Tage für neue Musik Zürich.

Le premier album de l’ensemble intitulé «Bloch: Paysages-Musique pour quatuor à cordes» a été publié en 2011 par Sony Classical et comprend des œuvres du compositeur américano-suisse Ernest Bloch. L’exposition accrue a fait que le Quatuor Galatea a acquis une renommée internationale: en 2012, le prix ECHO du meilleur album de musique de chambre (XXe / XXIe siècles) a été décerné au groupe, suivi de près par le Kulturförderpreis du canton de Zurich en 2013. Le deuxième album attendu a été publié par Sony Classical en mars 2014 avec des œuvres de la Belle Epoque de Debussy, Menu et Milhaud. Outre le répertoire classique classique, entrer dans de nouveaux territoires avec des concepts novateurs de croisement de genres joue un rôle important pour le quatuor, comme en témoignent les collaborations avec Isabel Mundry et Helmut Lachenmann. Les créations d'œuvres de Martin Derungs, Hans-Ulrich Lehmann, Heinz Marti, Peter Wettstein, Martin Schlumpf et Rodolphe Schacher témoignent d'un profond engagement envers les compositeurs suisses contemporains. Les projets Crossover sont un aliment de base, ayant conduit à des collaborations avec le pianiste de jazz finlandais Iiro Rantala, la compositrice américaine Laurie Altman, Jon Lord (Deep Purple), Tina Turner, le chanteur Tim Fischer et l’auteur Urs Faes, ainsi qu’une série de performances de l’adaptation de «To the dark side of the moon» de Pink Floyd. Cette approche non conventionnelle et variée se poursuit dans le répertoire classique-romantique, où des œuvres moins connues côtoient les piliers de la littérature du quatuor. Cet amour de l'aventure est contagieux et a suscité des réactions extrêmement positives de la part du public et des collègues. «Tango», le dernier joyau musical du quatuor Galatea, réitère cette curiosité d’élargir les horizons au-delà du grand public.


Dimanche 2 février à l'église de Corpataux à 17h30

Image